Téléphone : 04.28.01.21.40 - eMail : contact@splendidbandol.com

La belle histoire de Bandol...

A l’origine, la baie n’abritait pas un village d’irréductible Gaulois mais… de farouches marins Grecs. Quand, au VIe siècle avant notre ère, les Phocéens débarquent sur le rivage, ils décident d’y créer la colonie de Torroeis. Ces navigateurs (qui donneront plus tard leur nom aux habitants de Marseille) viennent de la cité de Phocée, en Grèce. Ils apportent dans leurs amphores la civilisation de la vigne : le vin deviendra le pilier économique du monde antique et fera la réputation de la future Bandol.

Plus tard, sous l’Empire romain, Torroeis prend le nom de Torroentum. Planté aux environs du village du Castellet, le vignoble s’étage en terrasses. Dans ce site privilégié, la viticulture trouve les conditions idéales à son essor. Et le développement du commerce maritime assure la renommée du futur vin de Bandol. Son transport par mer permet également la naissance d’un premier port local.

Au Moyen Âge, la baie de Bandol sert d’abri pour faire « ayguade » (le plein d’eau douce) ou pour réparer des avaries. Les marins sont les seuls habitants de ce port désert…
En 1354, la reine Jeanne attribue à l’abbé de Saint-Victor le port et l’île de Bendort, nom qui se transformera en « Bandol » en 1600.

En 1603, le capitaine Antoine Boyer, futur seigneur de Bandol, obtient d’Henri IV, par lettres patentes, le monopole de toute la pêche au thon à la madrague, depuis La Ciotat jusqu’à Antibes. A la fin du XVIe siècle, un château fort est construit par le duc d’Epernon.

En 1715, le seigneur François II de Boyer obtient le détachement d’un territoire assez grand pour lui permettre de créer un vrai village, un fief, naturellement appelé… Bandol.

Après la Révolution, les villages proches de Bandol – La Cadière-d’Azur, Saint Cyr-sur-Mer, Ollioules, Sanary-sur-Mer – se tournent vers la production de vin en grande quantité. Il acquiert vite une grande renommée. Le port de Bandol en assure l’expédition grâce aux nombreux Bandolais capitaines de tartanes.

En 1859, c’est l’inauguration de la gare, et grâce à elle l’arrivée des premiers touristes par la ligne PLM.
Au cours du XIXe siècle, l’activité de la vigne cède la place à la culture des fleurs, expédiées par train dans toute la France. Les vignes sont replantées autour de Bandol à la Belle Epoque, période pendant laquelle la station se lance avec succès dans le tourisme balnéaire.
En juillet 1923, Bandol est classée « station climatique ».
Le Splendid Hôtel est construit en 1928-1929 par Monsieur Bestosini, entrepreneur de maçonnerie. L’établissement ouvre ses portes aux touristes en juillet 1929, sous la direction de Monsieur Cabrol.
En 1941, les vins de Bandol obtiennent l’AOC.
Après la Deuxième Guerre mondiale, le cépage mourvèdre donnera le fameux vin de Bandol.
Au cours du XXe siècle, le port s’agrandit. Le tourisme prospère autour des activités vinicoles, maritimes et artistiques, notamment pendant les Années folles.
En 2010, la commune obtient le label « ville Internet ».
En 2015, on fête le tricentenaire de Bandol !
En 2019, le Splendid Hôtel fait peau neuve pour accueillir dans le plus grand confort les voyageurs du XXIe siècle…
(Sources : Lucien Grillon, 1987)

Les Années folles de la Riviera

Dans les années 1920 et 1930, de Bandol à Menton, la Côte d’Azur fait la fête, attirant dandys fortunés, écrivains et artistes du monde entier : Fitzgerald y trouve l’inspiration de Gatsby le Magnifique, Matisse y peint, les vedettes à la mode s’y affichent…
La French Riviera, comme l’appellent les Américains, est au cœur de l’effervescence artistique de l’entre-deux-guerres, avec son architecture Art déco, son charleston et sa mode : jupes courtes et cheveux courts.
En quelques années, la Côte d’Azur devient l’eldorado d’une jeunesse fortunée et moderne. Elle voit défiler le gratin du monde des arts : Jean Cocteau, Charlie Chaplin, Estée Lauder, Ernest Hemingway, Mistinguett, Maurice Chevalier, Cole Porter…
C’est la grande époque des palaces, des casinos, des dancings… Le Splendid Hôtel est né dans ce contexte et en incarne le charme et la joie de vivre.

Artistes et personnalités liés à Bandol

Alain Bombard : médecin, il devient mondialement célèbre en traversant l’Atlantique en solitaire, sans eau ni vivres, dans un canot pneumatique (le fameux zodiac). Pionnier de la survie en mer, auteur du best-seller Naufragé volontaire, il a vécu à Bandol et y est enterré.
Georges Bernanos
Georges Bernanos : le grand écrivain, célèbre pour Sous le soleil de Satan et Journal d’un curé de campagne, a séjourné en 1945 à Bandol, dans la villa La Pinède.
Jacques-Yves Cousteau : en juin 1943, la plage du Barry (où se trouve une plaque commémorative) a été le théâtre des premiers essais du scaphandre autonome (de plongée sous-marine), encore utilisé de nos jours. Cousteau en est l’un des inventeurs. Après ces essais concluants, effectués à Bandol, il fit breveter l’invention. Son succès lui permettra d’acheter la Calypso pour entreprendre ses fameuses expéditions océanographiques. Le commandant Cousteau a fait l'objet d'un film en 2016, « L’Odyssée », avec Lambert Wilson et Audrey Tautou. L’acteur s’est entrainé à la plongée dans le port de Marseille et les îles alentour. A la sortie du film, son réalisateur Jérôme Salle confiait : « J’ai été élevé dans le Sud de la France, mes parents avaient un voilier et nous naviguions dans les endroits où Cousteau a plongé en premier, entre les Embiez, Porquerolles, toutes ces îles du Var. »
Aldous Huxley : l’écrivain britannique est célèbre pour avoir écrit un classique de la Science Fiction, Le Meilleur des mondes (1932), adapté en pièce radiophonique par Orson Welles, puis au cinéma par Steven Spielberg, avec Tom Cruise dans le rôle titre. Nominé sept fois pour le Nobel de littérature, l’écrivain a influencé la pop culture, notamment le groupe The Doors, qui tient son nom d’un de ses ouvrages (Les Portes de la perception). Au cours de l’hiver 1929-1930, Aldous Huxley a découvert Bandol en rendant visite à son ami D. H. Lawrence. Il s’installera avec sa femme dans une villa bandolaise, sur le promontoire rocheux de la Gorguette.
David Herbert Lawrence : l’écrivain anglais et sa femme Frieda séjournent à l’hôtel Beau Rivage, où vivait leur amie Katherine Mansfield, pendant les hivers 1928-1929 et 1929-1930. En 1928, il venait de publier L’Amant de Lady Chatterley, roman qui fit scandale à l’époque et demeure un classique, avec de nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision.
Louis Lumière : le pionnier du cinéma a passé la fin de sa vie face à la baie de Bandol, dans sa demeure baroque Villa Lumen. Juste à côté, dans la Villa Altra, il fit construire une salle de cinéma en relief. En 1941, il devient citoyen d’honneur de la ville de Bandol. La commune donnera également son nom à un boulevard.
Katherine Mansfield : écrivaine et poète britannique d’origine néo-zélandaise, elle quitte Londres en 1915 et s’installe à Bandol. La ville lui inspire Prélude, qui marque sa véritable entrée en littérature.
Mistinguett : chanteuse, danseuse et actrice, ce fut la reine du music-hall à la Belle Epoque puis dans les Années folles. Célèbre pour ses jambes, sa gouaille populaire et des chansons comme La Java, Ça c’est Paris ou Mon homme, elle triomphe au Casino de Paris, aux Folies-Bergère et au Moulin-Rouge, puis au théâtre et au cinéma. Compagne de Maurice Chevalier, avec qui elle forme un couple mythique, elle tourne même aux Etats-Unis, où elle incarne la « femme française »… Elle s’était fait construit à Bandol, sur le chemin du château, la villa Youp la la (disparue en 1960 et aujourd’hui centre de thalasso).
Raimu : né à Toulon en 1883, l’acteur emblématique de Sacha Guitry et de Marcel Pagnol (César, La Femme du boulanger, etc.) fut également immortalisé dans des albums d’Astérix… Il possédait une maison sur la baie de Renecros, qu’il baptisa « Ker Mocotte », et se lia d’amitié avec Bernanos, qui détenait la villa voisine. Il y a reçu Pagnol et Fernandel.
Paul Ricard : l’industriel et mécène provençal, créateur du pastis, a racheté l’île de Bendor (ancien repaire de pirates) en 1950. Il y a créé des musées (dont celui du vin) et organisé des rencontres artistiques.
Alfred Kastler : physicien français, il reçoit le prestigieux prix Nobel de physique en 1966 pour ses études des résonances hertziennes de l’atome. Retiré à Bandol, il s’y éteint en 1984.
Valéry Giscard d’Estaing : la famille de l’ancien président possédait une maison à la Motte. Il y séjourna régulièrement.
Joseph Ravaisou : peintre paysagiste né à Bandol en 1865, il fut l’ami de Cézanne.
Roger Van Rogger : peintre flamand né en 1914 à Anvers, il découvre la Côte d’Azur grâce à Jean Giono et au poète René Char. Il acquiert une petite maison à Bandol, sur la colline de Vallongues, et y installe son atelier. Il connaît un succès fulgurant avec sa peinture proche des cubistes, expose ses toiles au Brésil et à New York aux côtés de Picasso et Pollock. Puis il se retire du monde de l’art, écrit des poèmes, peint des milliers de toiles et installe de gigantesques sculptures dans sa propriété. Après sa mort à Bandol en 1983, son épouse Catherine crée la Fondation Van Rogger, qui exposera ses œuvres à Bandol et recevra sur place d’autres artistes.
Bandol a également accueilli de grands acteurs (parmi lesquels Marlon Brando et Gregory Peck) et de nombreux écrivains, parmi lesquels Thomas Mann.

LE SPLENDID
83 Avenue du Maréchal FOCH
83 150 Bandol

+33(0) 4 28 01 21 40
contact@splendidbandol.com
MEDIA SOCIAUX
SUIVEZ-NOUS !
© 2020 Hôtel Le Splendid Bandol. Tous droits réservés.
crossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram